Ce travail a été réalisé en Nouvelle Zélande dans 3 élevages de 270 à 460 vaches taries sur la période de mars à mai 2010 (période de pâturage). Les objectifs de cette étude étaient d’évaluer en conditions d’élevage :

  1. l’utilisation d’un obturateur interne en complément d’un traitement antibiotique systématique sur l’incidence des mammites cliniques au cours de la lactation suivante
  2. l’impact de l’obturateur en fonction de la durée de la période sèche.
    Au cours de l’étude 633 vaches ont été taries, 313 traitements (antibiotique seul) et 322 traitements (antibiotique + obturateur). La durée moyenne de tarissement était de 112 jours avec 25% des animaux à plus de 130 jours. Les résultats de ce travail après traitement statistique des données (modèle de survie + modèle de Cox) montrent :

    1. le risque de mammites cliniques sur la lactation suivante est de 9,9% pour le groupe ayant reçu un double traitement (obturateur + antibiotique) vs 17,9 % pour le lot (antibiotique seul). Il est à noter également qu’aucune différence significative n’est observée avant 33 jours de lactation.
    2. la durée de la période sèche n’influe pas sur le risque de mammites cliniques, l’obturateur gardant son effet protecteur plus de 130 jours.

Les résultats de cette étude confirment l’effet préventif de l’obturateur vis-à-vis des mammites cliniques. Les conclusions sont concordantes avec les études réalisées dans d’autres pays (RU, USA,…), la seule particularité des résultats est l’absence de différence en début de lactation qui peut s’expliquer par les conditions particulières des élevages Néo-Zélandais : tarissement au pâturage, épidémiologie particulière (présence faible d’entérobactéries et plus globalement de Gram négatif et prédominance de Gram positif).

Email Facebook Twitter Imprimer