Des travaux conduits en Saône et Loire montrent que le manque à gagner augmente de façon considérable lorsque le niveau de cellules dans le lait augmente.
Cette étude compare le manque à gagner et les charges de maîtrise de 2 groupes d’exploitation :

Groupe A : 20 exploitations ayant une moyenne < 200.000 cellules / ml
Groupe B : 20 exploitations ayant une moyenne > 350.000 cellules / ml

Lorsque le niveau cellulaire du lait augmente, le manque à gagner est considérable !

En moyenne, il atteint 10 000 € par an et par exploitation.

 

* Partenaires de l’étude: Chambre d’agriculture Saône et Loire, Institut de l’Elevage, Oniris, INRA, URGTV, GDS France, Filière Blanche, Vet’el.

 

Email Facebook Twitter Imprimer