Mammites et cellules, même combat !

La mammite est une infection de la mamelle par des bactéries qui pénètrent par le sphincter du trayon. Cette infection déclenche une réaction inflammatoire associée à un afflux de globules blancs (ou leucocytes) dans la mamelle, ce qui augmente le nombre de cellules somatiques dans le lait. C’est une réaction naturelle de défense contre l’agression par les bactéries. Les trois principales bactéries en cause sont Staphylococcus aureus, Streptococcus uberis et Escherichia coli.

 

Ces infections peuvent prendre 2 formes, c’est pour cela que l’on distingue deux types de mammites :

Les mammites cliniques

L’infection se caractérise par l’apparition de signes visibles au niveau du quartier, de la mamelle ou même de l’animal. On peut observer une modification de l’aspect du lait (présence de cailles, de grumeaux…), un ou des quartier(s) gonflé(s), chaud(s), dur(s) ou douloureux et, dans les cas les plus sévères, une atteinte de l’état général de l’animal.

Les mammites subcliniques

La vache « lutte » contre l’infection en produisant des leucocytes dans la mamelle. Il n’y a pas de signe visible chez l’animal. Seul le comptage cellulaire individuel de chaque vache ou le CMT (Califorina Mastitis Test) permet d’identifier la présence de cette infection.

Les mammites, des maladies multi-factorielles

De multiples facteurs peuvent entrainer l’apparition de mammites dans les élevages (on parle de maladies multi-factorielles).
C’est pourquoi il est parfois difficile d’en identifier les causes.

Deux types de réservoir pour les bactéries

Les bactéries responsables des infections mammaires pénètrent obligatoirement par le sphincter du trayon.

Entre les traites

Les bactéries proviennent du « réservoir environnement ». La prévention concerne alors principalement le logement des vaches laitières (litière, ambiance du bâtiment, densité des vaches,…).

Au moment de la traite

Les bactéries proviennent du « réservoir mammaire ». La prévention concerne alors la traite (nettoyage du matériel de traite, pratiques de traite, nettoyage et désinfection,…)

Comment limiter les infections dans un troupeau ?

Les bactéries sont naturellement présentes dans l’environnement y compris dans l’élevage.

Les actions préventives, c’est-à-dire les bonnes pratiques d’élevage, (traite, paillage, aération…). Elles permettent d’éviter la contamination des trayons mais aussi les contaminations entre les vaches.

Les actions curatives (traitement, réformes…) sont nécessaires pour éliminer les infections.

Le bon réflexe

Pour échanger sur vos pratiques préventives ou, dès que vous observez une augmentation anormale des cellules du lait de votre tank ou des mammites cliniques, demandez conseil à votre intervenant en élevage.